Je me présente aux élections fédérales !

Je fais actuellement campagne dans Laval-les-Îles en tant que première personne non-binaire au Québec à se présenter à une élection fédérale. Ma campagne est gérée à 100 % par des bénévoles et financée par les dons des partisans. Si vous êtes un citoyen canadien, vous pouvez faire un don à la campagne - si vous ne l'êtes pas, mais que vous voulez quand même soutenir, vous pouvez suivre la campagne sur Instagram ou devenir bénévole pour faire passer le mot. Merci beaucoup pour votre soutien !

Suivre sur InstagramFaire un don ou devenir bénévole

Je m'appelle Rowan C. Woodmass, et mon pronom est ille.

Je fais de la poterie, je cultive des plantes et je dirige une agence de marketing numérique composée à tout moment d'au moins 90 % de personnes queer et trans. J'écris autant que je peux, ce qui, je l'admets, n'est pas beaucoup. J'ai eu une vie très remplie ; rejoignez-moi pour que je vous fasse découvrir quelques-uns des moments forts.

Jericho and RC

Enfance

J'ai grandi à Winnipeg, au Manitoba, l'enfant aîné de ma famille. Alors que j'étais encore dans une chaise de bébé, ma mère m'a appris à me tenir droite en me disant : "Correction de la posture !" J'étais douée pour le chant et le piano, j'aimais la nature et je voulais monter à cheval aux Jeux olympiques quand je serais grande.

Quand j'avais 10 ans, j'ai lancé une entreprise appelée "Woodies Goodies", en vendant des biscuits afin de récolter des fonds pour acheter mon propre cheval et payer des leçons d'équitation. J'ai acheté mon premier cheval aux enchères quand j'avais 12 ans.

 

L'adolescence

Nous avons quitté la ville pour nous installer dans une ferme près de Mitchell, au Manitoba, en 1999. À cette époque, j'avais déjà vendu Indio et acheté mon deuxième cheval, Doc, qui allait être suivi de Jericho (photo), un sauteur d'obstacles à la retraite et mon partenaire sur le circuit des concours hippique d'été en milieu rural. Jericho était tout aussi fougueux et intelligent que moi à l'époque, et même s'il n'hésitait jamais à essayer de me jeter hors de son dos s'il n'aimait pas ce que nous faisions, il était doux comme un papillon avec un enfant sur son dos. 

C'est à cette époque que j'ai commencé à m'intéresser de plus près au spectacle, en jouant dans un théâtre communautaire, en chantant au festival de musique local et en participant à l'orchestre du lycée, à l'orchestre de jazz, aux comédies musicales et à la chorale. Si j'avais la moindre chance de me retrouver devant une foule, j'étais là ! 

Après avoir obtenu mon diplôme de fin d'études secondaires, notre chœur de chambre est parti en tournée de deux semaines au Royaume-Uni pour participer au festival de musique d'été de Llangollen, dans le nord du pays de Galles, puis a voyagé en Allemagne, en France, en Angleterre et en Belgique. J'ai adoré et je me suis promis de revenir, surtout à Paris.

Jericho and RC

Mon cher Marquis (Strauss)

par Rowan | Soirée phare du festival de musique du sud-est du Manitoba

Université

À la fin du lycée, je savais que je devais dire adieu à mes jours d'équitation et partir pour l'université. Bien que j'aie eu de bonnes notes en pré-calcul et en physique, j'ai décidé de suivre mon cœur et d'étudier l'interprétation vocale.J'ai suivi les sages conseils de plusieurs de mes oncles et j'ai étudié à la Canadian Mennonite University , plus petite, pour obtenir mon baccalauréat en musique, remettant à plus tard mes rêves d'aller à l'Université McGill pour plus tard dans ma carrière universitaire.

J'ai adoré étudier avec Henriette Schellenberg à Winnipeg, et le programme plus restreint m'a offert beaucoup plus d'occasions de me produire et de participer à des concours en tant qu'étudiant de premier cycle. J'ai coordonné, produit, dirigé et chanté dans la première tournée scolaire d'opéra de l'université dans les écoles secondaires de la ville avec "The Telephone" de Menotti. J'ai remporté plusieurs concours dans la ville, j'ai fait mes débuts professionnels avec l'Orchestre symphonique de Winnipeg et j'ai participé à mon premier programme d'été de formation à l'opéra - Opéra NUOVA à Edmonton. C'est là que j'ai rencontré Joanne Kolomyjec et Michael McMahon, tous les deux professeurs à McGill.

Au cours de mes études de premier cycle, j'ai donné des cours de chant et travaillé à "fude" restaurant et bar à vin de Winnipeg (aujourd'hui fermé), qui est devenu pour moi un second foyer à Osborne Village. Après mes heures de travail au restaurant, j'allais en vélo aussi vite que possible au centre-ville pour danser la salsa, le cha-cha et la bachata toute la nuit avec la communauté de danse latine de Winnipeg. Je n'en avais jamais assez.

 

Paris

À mi-chemin de mon diplôme de premier cycle, j'ai décidé de donner un coup de pouce à mes études sous la forme d'un semestre à l'étranger. J'ai compris l'importance de tous les arts dans la forme d'art lyrique (inspirée par le concept de "gesamkunstwerk" de Wagner).), et en pensant à mon rêve de McGill, je ne pouvais pas imaginer arriver à Montréal sans une certaine aisance en français. J'ai pris un semestre de congé pour travailler et économiser, et je suis partie pour Paris dans le cadre du programme Arts in Paris du Wells College (aujourd'hui disparu) en janvier 2007.

Bien que le programme lui-même n'ait duré que quatre mois, mon expérience à Paris a complètement changé ma vie. J'ai entendu des critiques légitimes du christianisme pour la première fois de ma vie, j'ai rapidement appris à me comporter avec confiance dans une grande ville et j'ai été exposée quotidiennement à une nouvelle langue, une nouvelle culture et un nouvel art. Je suis également sortie avec des mecs français.

Je n'aurais pas pu choisir un meilleur programme pour moi. J'ai été accueilli par la nièce de le célèbre photographe Henri Cartier-Bressonjuste à la frontière de l'Ile-de-Paris. La première moitié de chaque jour de la semaine était consacrée à des cours de langue intensifs à République, suivis d'un cours d'art différent chaque après-midi dans divers studios et galeries de Paris, en alternance avec le dessin de figures avec Kathy Burke, La peinture à partir du matériau brut (où nous avons appris à fabriquer nos propres peintures et médiums à partir de rien et à copier un chef-d'œuvre - photo), et Histoire de l'art au Musée du Louvre.

Mes soirées étaient de plus en plus remplies par des cours de tango argentin et de milongas - j'ai rapidement rempli mon emploi du temps de plus de 20 heures de tango par semaine, car je suis tombée amoureuse de la musique et des gens que j'ai rencontrés en dansant. Notre petit groupe se rendait dans les milongas un peu partout dans la ville et, lorsqu'il faisait assez chaud, nous dansions sur les quais de la Seine presque tous les soirs.. (Vidéo)

J'ai tenu un blog pendant mes études à Paris, et vous pouvez lire l'archive dans son intégralité ici (en anglais). (J'ai ensuite continué à fréquenter quelqu'un à Paris, et j'y ai donc passé environ 1/3 de mes années au cours des 3 années qui ont suivi mon semestre à l'étranger).

Jericho and RC
Jericho and RC

l'Université McGill

Après avoir passé l'été 2009 à voyager en Europe avec ma mère et à chanter Despina dans Cosi fan tutte du Lyric Opera Studio Weimar, j'ai atterri à Montréal. Je vivais chez le cousin de mon cousin, juste à côté du Parc Jeanne Mance. J'avais été acceptée pour faire mon MMus en interprétation d'opéra à McGill sous la direction de Joanne Kolomyjec et Michael McMahon - mon rêve ! Quel programme, quels collègues incroyables, quelle faculté inspirante ! J'adore Montréal et j'ai adoré mes études à McGill. Je me produisais constamment, tant à l'école que professionnellement à l'extérieur de l'école.

 

A suivre...

Cette page n'est pas encore complète. Veuillez revenir plus tard pour poursuivre la lecture.